arrow-left arrow-right brightness-2 chevron-left chevron-right circle-half-full dots-horizontal facebook-box youtube-box soundcloud-box instagram-box facebook loader magnify menu-down rss-box star twitter-box twitter white-balance-sunny window-close
Une Idée en Tête #3 : Toucher la réalité virtuelle avec Go Touch VR
2 min read

Une Idée en Tête #3 : Toucher la réalité virtuelle avec Go Touch VR

Troisième épisode d'Une Idée En Tête, notre podcast dédié à la valorisation de la recherche scientifique.

Rencontre avec Eric Vezzoli, CEO de Go Touch VR, qui a fondé cette entreprise pour exploiter des technologies haptiques sur laquelle il a travaillé pendant sa thèse à INRIA Lille.


Grand Labo : Quand la société a-t-elle été créée ?

Eric Vezzoli : Nous avons créé Go Touch VR en avril 2017. Elle est spécialisée dans les sciences et technologies haptiques, la science du toucher. Notre catchy phrase, c'est : on peut toucher la réalité virtuelle. Nous simulons l'illusion de de manipuler et interagir avec des objets qui n'existent pas.

Grand Labo : Quels en sont les usages possibles ?

Eric Vezzoli : Il y en a plusieurs. Dans le contexte business to business pour la digitalisation dans les procédures de formations manuelles. Il y a des applications dans le domaine du marketing immersif piur augmenter sa propension d'achats. Ou encore en télérobotique. Dans le jeu vidéo, aussi.

Grand Labo : Qu'est-ce qui vous a donné envie, à l'issue de votre thèse, de vous lancer dans la création d'une entreprise ?

Eric Vezzoli : J'ai eu la chance d'être recruté dans le cadre d'un grand projet européen articulé autour d'un réseau d'universités européennes permettant d'étudier les sciences du toucher de façon pluridisciplinaire. Ici, à Lille, le groupe de recherches avec lequel je suis encore en contact était très avancé sur les technologies à implémenter sur les smartphone spour faire ressenir des textuures sur les écrans. A l'occasion de ce projet, nous avons eu beaucoup d'échanges avec des grands industriels. Il est vite apparu nécessaire de trouver quelqu'un qui fasse le pont entre eux et ces technologies.

Grand Labo : Mais pourquoi vous ?

Eric Vezzoli : Je me suis dit qu'il a un âge pour tout. A trente ans, j'avais un peu d'expérience derrière moi, sans responsabilités économiques énormes.

Grand Labo : Vous y êtes allé seul ?

Eric Vezzoli : Non, nous avons créé Go Touch VR avec une collègue doctorante et deux collègues en postdoctorat. Tous trois ont arrêté la voie académique ; ils avaient un profil d'ingénieurs. Du coup, la participation à cette aventure était cohérente.

La suite dans le podcast...


Cette interview a été réalisée à Lille le 29 août 2019.

Rejoignez gratuitement Grand Labo et recevez notre newsletter hebdomadaire.

S'inscrire
Déjà membre ? Connectez-vous
Vous vous êtes inscrit à Grand Labo.
Bravo ! Votre compte est désormais activé, vous avez accès à tout le contenu du site.
Vos informations ont été correctement mises à jour.